actualité
Vendredi 19 septembre 2014 à 11h31

Entrevue et bande-annonce pour Les maîtres du suspense

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Une scène du film Les maîtres du suspense

Les maîtres du suspense prendra l'affiche le 17 décembre prochain et déjà on commence à faire sa promotion. Nous nous sommes entretenus ce matin avec le réalisateur Stéphane Lapointe pour souligner la mise en ligne officielle de la bande-annonce, qui sera aussi présentée dans les cinémas dès aujourd'hui.

La bande-annonce a été réalisée par l'équipe de marketing des Films Séville, comme nous l'a mentionné Lapointe. Par contre, l'idée derrière la pré-bande-annonce dans laquelle on voyait les mains de Michel Côté tapé sur une dactylo puis les mains du comédien Robin Aubert les rejoindre ainsi que celles d'Antoine Bertrand, était la sienne. Comme précédemment le titre du film était Ghost(s), le lien avec la célèbre scène de poterie de la comédie fantastique Ghost était évident. Avec le nouveau titre, la corrélation est moins limpide, mais l'efficacité de la séquence et sa démarche inattendue a tout de même su intriguer le spectateur.

« Il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous avons décidé de changer le titre du film. D'abord parce qu'il s'agissait d'un titre anglophone, et en même temps parce que l'appellation Ghost pour Ghost Writer, ce n'est pas tout le monde qui sait c'est quoi. Ça pouvait aussi donner l'impression d'un film d'horreur, donc nous en avons conclu que ce n'était peut-être pas la meilleure stratégie d'appeler le film ainsi », explique le cinéaste pour justifier le changement de titre de son film.

Lapointe a travaillé le scénario pendant quatre ans et demi avant que le projet se concrétise enfin. « Les textes se sont beaucoup enrichis avec les années, mais l'idée de départ est restée la même; celle d'un ghost writer qui demande l'aide d'un ghost writer parce qu'il ne peut pas lui-même fournir le premier. À partir de cette idée de départ, j'ai construit trois personnages avec leur propre univers et leurs propres couleurs ».

« C'est une comédie, mais avec de la substance. C'était important pour moi que ce ne soit pas juste des farces, je voulais que ce soit quelque chose de solide psychologiquement. Je voulais que les personnages soient très humains, qu'ils aient un coeur et qu'on connecte avec leur vulnérabilité, leurs motivations, leurs peurs. Je ne voulais pas que ce soit des marionnettes qui font des jokes, je voulais vraiment que ce soit des humains forts. Parfois en comédie, on laisse tomber des bases comme celles-là et c'était vraiment très important pour moi qu'il y ait une humanité dans ce film-là. Pour les personnages, c'est un drame qu'ils sont en train de vivre, même si pour nous ce sont des situations assez cocasses. Une fois que les gens sont connectés avec ce que vivent les personnages, ils vont pouvoir les suivre n'importe où. »

Marc Labrèche avait d'abord été nommé comme principal interprète de la production, mais au fil du développement, le rôle a été attribué à Michel Côté. « Je trouve que Michel a apporté une dimension incroyable au personnage. Le côté très Michael Connelly, le gars qui a une grande expérience de vie et un charme communicatif, c'était ce dont avait besoin le personnage de Hubert Wolfe ».

Le choix des acteurs est un moment important du développement d'une production cinématographique. C'est là où les personnages obtiennent leur visage et leur corps. Pour Stéphane Lapointe, l'expérience fut agréable. « Ce sont tous des fantasmes que j'avais lorsque j'écrivais le scénario. J'ai rencontré Robin Aubert sur le tournage de Tout sur moi et il m'avait vraiment fait rire, ça avait vraiment cliqué entre lui et moi. Son personnage est un peu l'antithèse de la célébrité. Michel joue le gars glamour qui vit dans le party, les femmes et tout, et Robin joue plus l'artiste, dans sa bulle, un peu asocial, ils sont vraiment très opposés l'un de l'autre. »

« Pour ce qui est du personnage d'Antoine, je cherchais quelqu'un pour interpréter cet homme-enfant là, qui n'est pas encore devenu un adulte, qui écrit des histoires avec un univers loufoque et qui vit encore avec sa mère. Il y avait un côté très Psycho à ce personnage. Je trouvais qu'Antoine avait ce qu'il fallait pour apporter une grande richesse au personnage. Il ne fallait pas, encore là, que ça devienne une farce. Il fallait que ce soit crédible, et Antoine avec son immense talent et son humanité était le choix idéal. »

Les maîtres du suspense prendra l'affiche le 17 décembre prochain.

Vous pouvez voir la pré-bande-annonce et la bande-annonce ci-dessous.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
DOSSIER (Samedi 8 février 2014 à 07h00) L'Hebdo : Les Films Séville en 2014
DOSSIER (Mardi 24 septembre 2013 à 15h59) Visite de plateau : Les maîtres du suspense
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.