actualité
Jeudi 21 avril 2011 à 15h20

DirecTV provoque la grogne chez plusieurs réalisateurs

Photo Par Guillaume Bouchard
James Cameron sur le plateau du film Avatar

Walt Disney annonçait récemment que la sortie de ses films en format DVD, Blu-ray et numérique se ferait trois mois après la sortie en salles. Voici maintenant que la compagnie DirecTV offre un nouveau service qui permettra aux membres de voir un film dans le confort de leur foyer à peine 60 jours après sa sortie dans les cinémas. DirecTV a même déjà conclu des ententes avec Universal, Sony, 20th Century Fox et Warner Bros.

Avant les Netflix de ce monde, un film pouvait prendre jusqu'à six mois avant de se retrouver sur les tablettes des clubs vidéo et des disquaires. Avec une durée de vie moyenne de 132 jours - soit un peu plus de quatre mois - dans les cinémas, les films doivent maintenant composer avec l'accessibilité grandissante du cinéma à la maison. Si on ajoute à cela une fenêtre encore plus réduite de rentabilité face à une disponibilité rapide du produit en DVD, Blu-ray et diffusion en temps réel, le cinéma comme nous le connaissons pourrait bien cesser d'exister.

Voilà pourquoi 23 réalisateurs, dont James Cameron, Robert Zemeckis, Michael Bay, Peter Jackson, Kathryn Bigelow, Michael Mann, Todd Phillips, Brett Ratner, Shawn Levy, Roland Emmerich, Robert Rodriguez et Gore Verbinski s'indignent et expliquent leur point de vue dans une lettre ouverte.

« Faisant partie d'une industrie qui a récolté près de 32 milliards $ au box-office mondial, nous, la communauté artistique, croyons que l'heure est venue pour les studios et les câblodistributeurs de reconnaître qu'un service de vidéo sur demande qui empiète sur le calendrier moyen de la sortie en salles pourrait nuire irrévocablement au modèle financier de notre industrie cinématographique.

Les studios cherchent désespérément à remplacer les revenus en chute des ventes de DVD. Les coûts dérisoires de location et de diffusion en temps réel affectent directement les ventes et ce problème ne sera certainement pas réglé en important un nouveau modèle de distribution qui viendra cannibaliser les revenus en salles.

L'histoire a démontré que le prix de vente pour ce type de service chute constamment. Ce qui se vend 30 $ aujourd'hui pourrait facilement être réduit à 9,99 $ après quelques années seulement. Si des personnes plus sages ne sauvent pas la situation, la cannibalisation des revenus en salles au profit d'une fenêtre de temps précaire pour de la vente de vidéo sur demande pourrait mener à la perte de plusieurs millions de dollars en revenus.

De plus, distribuer une copie digitale de qualité supérieure dans les foyers augmenterait le problème de piratage au lieu de l'enrayer. Des exploitants de salles devront inévitablement fermer leurs portes.

Nous demandons à nos partenaires, les studios, de ne pas nuire inexorablement au système actuel, tout à fait profitable, qui encourage les passionnés du cinéma à voir les films dans la version le plus optimale : au grand écran
. »

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.