actualité
Samedi 1 janvier 2005 à 06h00

Bilan de 2004 - Deuxième partie

Photo Par Karl Filion
Jude Law et Julia Roberts dans Closer

L'année 2004 vient de s'achever, et on tourne la page sur une année cinématographique haute en couleur, diversifiée, même si parfois décevante, qui aura laissé les cinéphiles d'occasion sur leur faim. Il fallait se nourrir hebdomadairement de cinéma pour vraiment s'offrir les meilleurs films de l'année. Un tour d'horizon rapide par le critique de Cinoche.com, Karl Filion, incluant les 10 meilleurs films et les pires déceptions de l'année qui nous quitte. Suivez le lien de chaque film pour lire la critique sur Cinoche.com

D'abord, pour ce qui est des déceptions de l'année, c'est-à-dire un film dont on attendait beaucoup mais qui a énormément déçu (Catwoman, par exemple, n'est pas admissible parce que sa lamentable prestation était prévisible), Cinoche.com en retient trois, sans ordre précis :

Alexandre (Alexander) - Le film d'Oliver Stone manque définitivement de constance et s'essoufle à force de se répéter.

Nouvelle-France - Le film le plus cher de l'histoire du cinéma québécois est une grande déception parce qu'il est le film le plus cher de l'histoire du cinéma québécois. De l'argent gaspillé, car on n'a pas su rentabiliser l'investissement en réalisant une fresque historique, préférant rendra maladroitement une banale histoire d'amour.

Collateral (Collatéral) - Le film de Micheal Mann, mettant en vedette Tom Cruise, n'exploite malhreusement pas toutes ses possibilités, ne s'élevant jamais au-dessus d'un vulgaire suspense.

Passons maintenant aux meilleurs films de l'année, dans un ordre parfois négociable, une liste incomplète de ces flms qui surprennent et qui déstabilisent.

10. Sky Captain et le monde de demain (Sky Captain and The World of Tomorrow) Parce que ce film ne s'est jamais pris au sérieux, il se glisse dans le top 10 de l'année. Son visuel incomparable séduit, tandis qu'il baigne à la limite de la parodie.

9. Farenheit 9/11 - Le film de Michael Moore, qui n'est probablement pas un documentaire, reste terriblement efficace. Assez qu'il déstabilise et qu'il dégoûte. C'est suffisant pour entre dans le top 10, d'autant que Moore se questionne plus qu'il ne répond, et qu'il a le devoir de le faire.

8. Shrek 2 - Savoureuse suite des mésaventures de l'orgre vert, avec une touche supplémentaire de cynisme et de sérieux.

7. Kill Bill Volume 2 - Contrairement au Volume 1, cette deuxième partie de Kill Bill remplace le sang par des mots, sans perdre de son savoir-faire pour étonner et pour plaire. Supporté par une bande sonore tonitruante, Kill Bill Vol.2 est un véritable plaisir sadique.

6. Du Soleil plein la tête (Eternal Sunshine of A Spotless Mind) - La récidive de Charlie Kaufman est éblouissante, voire indescriptible. Une preuve constante que le cinéma peut divertir sans perdre son sens artistique de la forme.

5. Héros (Hero) Poésie à l'état pur, cette oeuvre bénéficie d'un travail chromatique fabuleux et d'une saveur incomparable. Une belle surprise.

4. Le Village (The Village) - Le quatrième film de M. Night Shyamalan n'a certes pas fait l'unanimité, parce qu'on attendait de lui un suspense alors qu'il nous a livré un conte adapté pur les adultes. Un tour de force technique, et une musique juste, font de ce film un des meilleurs de la cuvée.

3. La Passion du Christ (The Passion of The Christ) - Le pari de Mel Gibson était très audacieux, pourtant le résultat est d'une force rare. Encore une fois le visuel domine, tandis que l'utilisation du latin est une brillante idée, les costumes et les acteurs égalent la cruauté du propos, qu'il serait difficile de déplorer, à cause de son apparent réalisme.

2. Mémoires Affectives - Le film le plus surprenant de l'année, par une jeune cinéaste québécois très efficace, Francis Leclerc, a cette sorte de mystère très séduisant qu'on retrouve dans les films bien réalisés, bien structurés et bien joués.

1. Intime (Closer) - Le film de Mike Nichols pose une regard atypique, mais terriblement intéressant, sur la vie de couple, un sujet traité si banalement de nos jours par un trop grande majorité de cinéastes. À voir, sans équivoque. Non-négociable. Mon favori pour les Oscars.

Bien sûr, la liste ci-haut est incomplète, et plusieurs films ont été involontairement négligés. Pourtant, certains films méritent une mention, dont Un long dimanche de fiançailles, de Jean-Pierre Jeunet, Friday Night Lights de Peter Berg, et Team America : World Police de Trey Parker et Matt Stone.

On ne peut que souhaiter, en ce début d'année, que les films présentés dans les cinémas seront meilleurs que ceux de 2004, parce qu'au fond, on s'est bien amusé à aimer les réussites, et à détester les échecs.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.