actualité
Mardi 13 novembre 2007 à 11h10

Bande-annonce en français de Charlie Wilson's War

Photo Par Karl Filion
Tom Hanks dans Le combat de Charlie Wilson

La réalisateur Mike Nichols présentera le jour de Noël son plus récent film, Le combat de Charlie Wilson, version en français de Charlie Wilson's War, un film qui mettra en vedette Tom Hanks et Julia Roberts. La bande-annonce a été doublée au Québec.

Philip Seymour Hoffman, Amy Adams et Emily Blunt seront aussi de la distribution.

Charlie Wilson était un célibataire texan membre du Congrès qui avait l'habitude de se montrer dans des baignoires à remous en compagnie de stripteaseuses cocaïnomanes, ce qui lui vaut le surnom de « Good Time Charlie ». Mais derrière ce masque de fêtard se cachait un esprit extraordinaire, un sens profond du patriotisme et une passion pour la défense de l'opprimé. Au début des années 80, l'opprimé, c'était l'Afghanistan qui venait d'être brutalement envahie par les Russes.

Charlie avait une amie de longue date, Johanne Herring qui était également sa bienfaitrice, parfois sa maîtresse, mais surtout l'une des femmes les plus riches du Texas, doublée d'une anticommuniste virulente. Considérant la réponse américaine à l'invasion russe pour le moins anémique, elle pousse Charlie à faire un peu plus pour les combattants de la liberté afghanne.

Le partenaire de Charlie dans cette aventure difficile fut l'agent de la CIA, Gust Avrakotos, un agent col-bleu des opérations appartenant à une compagnie de fils à papa ayant fait les grandes universités. Ensemble, Charlie, Johanne et Gust parcouren le monde dans le but de forcer des alliances entre le Pakistan, Israël, l'Égypte, les marchands d'armes, les législateurs et une danseuse du ventre.

Leur réussite fut remarquable. Le financement des opérations secrètes contre les Soviétiques passsa alors de cinq millions de dollars à un milliard par an. L'Armée rouge finit par se retirer de l'Afghanistan. Interrogé sur la manière dont un groupe de paysans avait pu asséner un si grand coup à l'armée d'une superpuissance, le président pakistanais Mohammad Zia Ul-Haq répondit simplement: « C'est grâce à Charlie ».

À voir le 25 décembre.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.